Voyage Sur Mesure
Notre Correspondant en France
Découverte du Nord du Vietnam

Une étape pour résoudre toutes vos questions concernant le voyage au Vietnam ou obtenir un itinéraire personnel et une offre spéciale pour une expérience inoubliable au Vietnam!

Prénom et nom

Votre email

Votre question ou votre projet de voyage

Les circuits les plus visités

Rangoon (Yangon)

Guide de voyage Rangoon BirmanieRangoun officiellement renommée Yangon en 1989, est la capitale économique et la plus grande ville de Myanmar, avec 4,5 millions d’habitants.

Yangon, se trouve à 30 km du golfe de Martaban, sur la mer d’Andaman. Son nom birman, Yangon est formé de “yan” et “koun” qui signifie : “fin de la discorde” Elle possède le plus grand nombre d’édifices coloniaux . Tous ces édifices seront rénovés.

Pendant la période coloniale, les industries les plus importantes étaient la riziculture et l’abattage d’arbres, le coton, les pierres précieuses et l’ivoire.

Rangon aura subit deux désastres : un tremblement de terre et un tsunami en 1930, et ensuite des ravages par les Japonais le 8 mars 1942.

Depuis la seconde guerre mondiale, on vit beaucoup plus de Birmans en remplacement de l’ethnie indienne.

Le développement de la ville fut rapide au début du XXè siècle, elle fut au même niveau que les grandes capitales européennes.

Il y eu l’université de Rangoon et l’institut birman de théologie et deux universités de médecine.

Actuellement la ville est divisée en quatre districts, qui regroupent 32 arrondissements, chacun de ceux-ci étant administré par un genre de conseil municipal qui prennent des décisions concernant l’entretien et l’infrastructure.

La plupart des importations et exportations se font à Rangoon, surtout au port sur le fleuve Yangon.

L’aéroport international est situé à 19 km du centre-ville. Il existe un nouveau terminal d’aéroport afin d’accueillir de plus grands avions et promouvoir le tourisme.

Il y a un service d’autobus aux heures de pointe et ils sont bondés.

Il y a aussi de plus en plus de voitures et il commence à avoir des problèmes de circulation. L’importation de voitures étrangères est assez restreinte ce qui favorise le marché noir, vers la Thaïlande, le Japon et la Chine pour les voitures neuves ou d’occasion.

Au centre-ville il est interdit de circuler en vélo ou en moto.

Les lignes de train vont au nord du pays et partent de la Gare centrale de Rangon. Il y a une ligne dans la ville qui relie quelques quartiers.

Le climat à Rangon: 30° à 37° à l’année, les mois les plus chauds: février, mars et avril. Les températures nocturnes vont de 18° à 25°C.

La ville est établie autour de la pagode “Shwedagon” avec les activités commerciales étant complétées par des industries variées (raffinerie de pétrole et pétrochimie, aciérie, travail du coton, alimentation).

La ville possède de nombreux sanctuaires dont la pagode Shwedagon, un Musée national.

Curiosités de la ville

La Pagode “Shwedagon”

Shwe = or et dagon = ancien nom de Rangoon est un stûpa remarquable situé sur la colline de Singuttara à Rangoon. Ce lieu saint bouddhique est le premier centre religieux du Myanmar car selon la légende, il contient des reliques de quatre anciens Bouddhas, dont huit cheveux du Bouddha Gautama.

Gautama méditait sous l’arbre Rajayatana depuis 7 jours quand des marchands vinrent à lui, se prosternèrent et lui demandèrent huit de ses cheveux afin de rapporter quelque chose à vénérer. Le Bouddha accepta et quand ils eurent les cheveux dans les mains, ceux-ci se mirent à briller, illuminant toute la forêt. Les éléments se réjouissaient : la terre se mit à trembler et les océans à bouillonner. Le Bouddha leur dit de faire construire un Stûpa sur la colline de Singuttara, où les reliques de trois anciens Bouddhas se trouvaient déjà.

Les marchands s’éloignèrent ensuite sans tourner le dos au Bienheureux. Se rendant compte qu’ils possédaient rien d’assez digne pour transporter les cheveux, le nat Thagarmin leur offrit un coffret orné d’émeraudes: les marchands y entreposèrent les cheveux durant le voyage. A leur retour, ils le donnèrent au roi Okkalapla avec les indications de Bouddha. L’emplacement de la colline était inconnu, et le roi offrit de grosses récompenses à qui la retrouverait. Alors que personnes n’y arrivait, des Nats servant de Thagarmin défrichèrent une nuit la colline, qui apparut ainsi clairement aux yeux de tous. Le roi y fit alors construire un Stûpa. Lorsqu’il ouvrit le coffre contenant la relique, les cheveux du Bouddha se mirent à briller, les arbres fleurirent et une pluie de pierres précieuses tomba du ciel.

Elles furent enchassées dans la pagode.

Le stûpa aurait été construit du vivant du Bouddha Gautama, au VIè siècle avant Jésus-Christ.

Au cours des siècles, une série de tremblement de terre endommagea le site. Le sommet du Stûpa s’effondra. Il fut réparé et agrandi par le roi Hsinbyushin qui lui donna son aspect définitif, en 1770.

Une cloche de 24 tonnes fut offerte par son successeur mais elle fut dérobée, par les Anglais durant la première guerre mondiale, mais pendant le transport sur un bateau, elle coula dans la rivière Hlaing. Elle n’a été renflouée qu’en 1926 et se trouve aujourd’hui dans l’angle Nord-Ouest.

En 1931, un grand incendie endommagea la pagode.

En octobre 1970, un tremblement de terre d’intensité de 5 sur 9, dévia visiblement l’axe du hti. Et elle fut à nouveau réparée.

Le 9 novembre 1983, un attentat organisé par la Corée du Nord contre le président sud-coréen Chun Doo-hwan au Mausolée du Martyr, près de la pagode Shwedagon, a fait 17 morts dans son entourage.

La pagode est située à 2 km du centre-ville. Elle repose sur une plate-forme pavée de marbre de 5,6 hectares, au sommet de la colline de Singuttara, à 51 mètres au-dessus de la ville. On y accède par des ascenseurs situés aux quatre points cardinaux. Deux lions monumentaux gardent l’entrée sud. La pagode principale se trouve au milieu d’un vaste complexe de 72 autres pagodes. Sa hauteur est de 98 mètres. Sa base est faite de briques recouvertes de milliers de plaques d’or. Sur la flèche se trouve une sorte d’ombrelle, appelée le “hti” en birman où sont accrochées 1065 clochettes d’or et 420 clochettes d’argent, ainsi qu’un girouette ornée de pierres précieuses. Elle se termine par le seinbu, une petite sphère d’or incrustée de milliers de diamants dont une émeraude de 76 carats.

Le site est surtout dédié au Bouddhisme Theravada, dominant en Birmanie.

Autres édifices remarquables

La colonne de Bouddha, relatant la vie de Bouddha Gautama. Elle est inspirée du temple de la Mahabodhi de Bodh-Gaya (Inde). Entre les trois temples rouges à la pagode Shewedagon, la Colonne de Bouddha qui à l’aide de dessins relate la vie du grand homme.

Les dessins de la vie de Bouddha Gautama : La tradition pali la plus ancienne considère que les dates de sa naissance et de sa mort sont respectivement de 624 et 544 avant Jésus-Christ. Les écritures Bouddhistes mélangent métaphysique et légendes concernant la vie de Bouddha. Dépouillée de ses aspects métaphysiques ou magiques, sa vie pourrait se résumer ainsi : Mayadevi, épouse de Suddhodana, modeste souverain du petit royaume de Kosala constitué par une confédération des tribus Sakyas, sera prise de douleurs à la fin de sa grossesse, alors qu’elle rendait visite à sa mère, à Lumbini, petit village du Népal, au VIè siècle avant Jésus-Christ. Elle s’allongera sous un arbre et accouchera d’un garçon du nom de Siddhârta Gutama (en pali Siddhattha Gotama). Il est né dans un bois sacré non loin, à Lumbini, au Népal, pendant un déplacement de sa mère auprès de ses parents. Cette dernière, dont le nom signifie “Illusion”, aurait conçu Siddhârta en songe. pénétrée au sein par un éléphant blanc à six défenses. Elle aurait accouché sur la route qui la conduisait chez ses parents, debout et accrochée à une branche d’arbre, tandis que les divinités brahmaniques faisaient pleuvoir des pétales de fleurs sur elle. Sitôt né, l’enfant se serait mis debout et aurait “pris possession” de l’Univers en se tournant vers les points cardinaux, puis aurait fait sept pas vers le Nord.

Le titre de Bouddha en sanskrit buddha = éveillé) lui sera accordé plus tard par ses disciples. Il est également connu comme le Tathagata, “ celui qui est venu ainsi “ prêcher la bonne Loi (ou dharma, en pali dhamma). Il apprendra les lettres, les sciences, les langues, sera initié à la philosophie Indoue par un brahmane.

Siddhârta, qui s’ennuie, entreprend souvent de longues promenades. Il rencontrera toute la misère du Monde. Alors il comprendra que, si sa condition le met à l’abri du besoin, rien ne le protégera de la vieillesse, de la maladie, et de la mort. IL s’éveilla une nuit en sursaut, et demanda à son serviteur, Chandaka, d’harnacher son cheval. Les deux hommes galoperont jusqu’à un bois proche du palais (Il était de condition riche car fils d’un roi, il avait le titre de Prince). Siddhârta, qui abandonnera à son serviteur son manteau, ses bijoux et son cheval, lui demandera de saluer son père, sa femme et sa belle-mère et de leur dire qu’il les quittait pour étudier la voie du salut. Bouddha entreprendra une vie d’ascèse et se consacrera à des pratiques méditatives austères.

Il décédera ainsi à Kusinara à l’âge de 80 ans. Ses derniers mots seront : “L’impermanence est la loi universelle. Travaillez à votre propre salut”.

Voilà ce que représente tous les dessins de la vie de Bouddha.

Ce récit de la vie de Bouddha, d’après Jean Boisselier, chercheur, savant qui était conservateur du musée de Bangkok et ensuite de Phnom Penh.

La pagode Shinsawpu, dorée elle aussi. Probablement construite par Shin Sawbu, elle est également appelée “La Pagode des quatre Bar”, car quatre moines dont les noms commençaient par “Bar” auraient joué un rôle majeur dans son édification.

Maha Tisadda Ghanta (la grande cloche à trois tons en Birman), est la plus grande cloche du site. Elle pèse environ 42 tonnes.

Comment se déplacer en ville?

Bus, taxis, triporteurs.

Le bus : 300 lignes de bus desservent l’agglomération. C’est un transport économique.
Louer une voiture à Rangon est chose impossible, car ce n’est pas autorisé pour les étrangers.

Les taxis : il en existe plusieurs types : la camionnette-taxi, le taxi-scooter, les taxis collectifs. Il est prudent de fixer le prix avant de partir.

Les triporteurs ou Trishaws : pour 2 ou 3 passagers, mais ces véhicules sont interdits au centre-ville.

Que voir?

Les Pagodes Shwedagon, Chaukhtatgyi, celles de Botahtaung, Kyauktawgyi, Kyeikkhauk et Sule. L’université de Rangoon, la Cathédrale Sainte-Marie méritent le détour.

Les musées : le musée Bogyoke Aung San, le musée d’Histoire Naturelle, le Musée National, le musée des pierres précieuses de Myanmar.

Faire de belles promenades dans les parcs comme le parc zoologique (qui est vidé de ses animaux), le parc et square du peuple, le parc Mahabandoola.

Le pavillon de la Cloche de Tharyarwaddy: elle fut fondue par le roi Tharyarwaddy en 1841 pour l’aider à devenir Bouddha dans une autre vie.

Vers la porte nord de la grande pagode, s’élève le temple de l’Empreinte du pied de Bouddha, baignant dans une eau pas limpide, mais renouvelée régulièrement et dont on prétend qu’elle présente des vertus curatives. D’après la croyance, on peut guérir un mal au genou en touchant ceux de la statue.

Dans l’enceinte de la grande pagode, il y a deux arbres “bodhi”, symboles de l’intelligence et de la sagesse de Bouddha. Un provient d’une pousse du célèbre banian de Bodh Gayâ, en Inde, où le Bouddha eut son illumination.

Au sud, le petit musée des curiosités : Dans une sorte de cage à oiseaux, les pèlerins jettent des pièces dans deux marmites qui tournent. S’ils réussissent à les atteindre, chance, rentrée d’argent, bonne santé etc…

A l’est, la salle de prière abrite le temple du Bouddha Kakousandha. Quatre gros Bouddhas assis, dont trois présente une main ouverte (chose très rare).

Le lac Kandawgyi avec le jardin zoologique qui n’a plus rien d’attirant, car les animaux ont été retirés et placés à Naypyidaw , la nouvelle capitale.

Le Myanmar Ves Joint Venture Co:

Usine de taille de pierres précieuses et de fabrication de bijoux de jade, des kilomètres de pierres précieuses, des saphirs, des rubis. Les bijoux sont vendus à des acheteurs birmans, des grossistes du monde entier et également à des particuliers. Il y a des affaires à établir car ces bijoux que vous paierez en exemple : 100 $, sera vendu dans une bijouterie en Europe à 1000 $.

Que faire?

Se promener sur la “Stand Jetty” longeant un marché flottant.
Faire des achats dans le grand centre du marché de Bogyoke Aung San.
Les lacs de Rangoon: Lac Inya, le lac Kandawgyi.

Que voir dans la région?

Dans les alentours de Rangoon: La ville de Twantay, la plage de Let-Khok-Kone, la pagode de Kabar Aya, le parc naturel de Hlawga.

Dans les environs de Rangon : Thanlyin : son marché local, très coloré.

La pagode Kyaik-KHauk: Immense Stûpa sur une colline comme la Grande Pagode. Elle abriterait deux cheveux de Bouddha.

Et le village de Twante : célèbre par ses poteries.

Le Musée National

Réparties sur cinq étages, les collections dressent un portrait du pays, du point de vue historique que religieux, ethnique et artistique. La visite constitue une bonne introduction culturelle au voyage. A voir: des documents épigraphiques donnant les premières sources scientifiques sur l’histoire la plus reculée, de nombreuses statues de l’époque des Pyu et de Pagan, des instruments de musique traditionnelle et des objets d’atisanats venus des quatre coins de la Birmanie ainsi que des peintures birmanes contemporaines. Parmi les pièces les plus spectaculaires: le trône du Lion (c’était celui des deux derniers rois du pays), les meubles, armures et costumes d’apparat de la cour de Mandalay, sous les règnes de Mindon puis de Thibaw (fin du XIXè siècle), et la salle des bijoux royaux.

Le Musée des pierres précieuses

Le Myanmar est l’un des pays les plus riches au monde pour ses gisements. Son sol recèle un vrai trésor géologique monopole du gouvernement qui en dispose via concessions et boutiques de ventes agrées !

Pour visiter le Musée, il faut montrer patte blanche:

Décliner son état civil sur le registre après passage d’un portique de contrôle, noter le numéro de passeport, puis s’acquitter de 5$, enfin déposer sacs et appareils photos sous cadenas sous l’oeil attentif des gardiens.

La visite est instructive: du bloc brut sorti de la mine jusqu’aux plus époustouflantes pièces de joaillerie. Dès l’entrée, on est ahuris: là devant un élégant paon en jade toutes plumes en saphirs, ici par une pagode dorée ornée de 880 pierres précieuses qui totalisent seulement 145 carats, et un éléphants simplement éblouissant.

De nombreuses vitrines concentrent des échantillons de tous les gemmes extraits dans le pays précisant, le lieu d’extraction, la composition, la densité, la dureté de la pierre, son nom.

Le rubis “Mogok” tant vanté occupe une place de choix avec son cousin le saphir et bien des diamants.

Egalement à l’honneur, le jade, pierre impériale ou utilitaire, vouée à l’éternité; outre les services de table, les objets d’ornement ou de parures, le jade était utilisé pour sceller les orifices naturels des morts après toilette.

Il faut un expert pour s’y retrouver entre celles, réellement précieuses, et les semi-précieuses.

Les trois étages sous le musée abritent une multitude de boutiques où l’on sait plus où poser les yeux : il y en a pour toutes les bourses.

Tout à côté du Musée se visite la fabrique de la boutique “Ves joint Venture”. On y découvre toutes les étapes du travail artisanal.

A la sortie, le magasin d’usine en dollars, et même, en cartes plastiques .

Le Marché Bogyoke Aung San

C’est un grand bazar et marché dans le centre-ville. Construit par les Anglais en 1926, il est connu pour son architecture coloniale et ses ruelles intérieures pavées. Après l’indépendance de la Birmanie en 1948, il fut renommé en l’honneur du Bogyoke (général) Aung San.

Le marché abrite beaucoup de commerces. Il y a aussi des commerces d’antiquités, des timbres-poste et des médailles. Au centre on trouve des vendeurs de joaillerie. pourc le reste, on trouve des galeries d’art, des commerces d’artisanat, des restaurants et des commerces de vêtements.

Le Marché Bogyoke Aung San à Rangon

Et le Marché “Thein Gyi Zei” – un grand marché, il est très animé le matin. Les commerces sont tenus par des Bangladeshis.

Hébergements

The Governor’s Residence – près du Musée National – 48 chambres – Très chic

Le Savoy Hotel : décoration raffinée – 30 chambres – piscine

Le Welcome hotel : certain charme – quartier de l’université – calme et grand confort

Le Stand Hotel : beaucoup trop cher – Prix à 600 $ la nuit – il est souvent vide

Le Central hotel – sans défaut et très bien situé

Restaurants

Le Maw Shwe Li Chan – spécialités de viandes et de poissons – cuisinés soit à l’asiatique, soit à l’européenne. Prix sans surprises…

Le Nan Yu: cuisine Chinoise de Canton – très bonne table

Le Monsoon – très bonne table, mais attention à l’addition….cause : taxes très élévées…

Le Dolphin Restaurant – Animations en soirée

Transports

Bus: Gare routière à 15 km du centre-ville et à 2,5 de l’aéroport… destinations : très variées.

Train: Gare ferroviaire centrale : Vente des billets uniquement pour le jour du départ. Les horaires sont assez fantaisistes.

Avion: Air Mandalay – quelques lignes intérieures et Air Bagan – Yangon – Bagan

Yangon – Mandalay- Mandalay – Heho – Mandalay – Bagan

Bateau: Liaisons Bagan – Mandalay

Taxis: Bagan – Lac Inle – 8h de route

Bagan – Mont Popa – 1h de route

Achats: Tapisseries brodées – pipes à opium – petits bronzes – objets en laque – pierres précieuses

Banques: ne comptez que sur l’argent liquide

Hôpital: très grand hôpital avec une ribenbelle de médecins, mais manque d’installations – de toute façon ne reçoit pas les touristes