Voyage Sur Mesure
Notre Correspondant en France
Découverte du Nord du Vietnam

Une étape pour résoudre toutes vos questions concernant le voyage au Vietnam ou obtenir un itinéraire personnel et une offre spéciale pour une expérience inoubliable au Vietnam!

Prénom et nom

Votre email

Votre question ou votre projet de voyage

Les circuits les plus visités

Pakbeng

Guide de Voyage Pakbeng LaosPakbeng est un gros bourg champêtre au confluent du Mékong et de la petite rivière Beng (Pakbeng signifie embouchure de la Beng). Sur une unique route qui mène à la forêt c’est le point de départ pour une journée inoubliable.

Le Laos compte 132 ethnies, selon les répartitions en sous-groupes. Pour éviter les hostilités et faire cesser les appellations péjoratives pour certaines minorités, le gouvernement a reconsidéré cette mosaïque en trois groupes selon les critères géographiques : les Lao Theung, les Lao Soung, les Lao Loum.

Les villages Khamu autour de Pakbeng, font partie du groupe ethnique des Lao Theung (Lao des plateaux). Ils ont un niveau de vie nettement inférieur à celui des autres groupes.
Vous rencontrerez ici de beaux enfants, certains avec des bobos sur le visage, mais aussi avec des sourires qui les illuminent !

Pakbeng et son camp d’Eléphants

Situé au bord du Mékong face à Pakbeng, à mi-chemin entre le principal port d’entrée du nord du Laos, le Mékong Eléphant Camp offre la possibilité de découvrir, dans un cadre naturel spectaculaire, la place privilégiée de l’éléphant dans la culture Lao. Alternance de marche et de balades à dos d’éléphant, découverte de villages hors des sentiers battus, de panoramas naturels. Initiation au “cornacage”, moment de vie dans les villages.

Venez découvrir le quotidien des cornacs et de leurs éléphants. De partager un moment avec eux, et de nouer une véritable relation de complicité avec cet animal très sociable.

Voyage insolite autour des ethnies et le camp des éléphants à Pakbeng

Un très grand nombre de touristes qui se rendent au Laos arrivent depuis la Thaïlande. Avec une arrivée directement à Luang Prabang, c’est à dire faire le chemin inverse de celui suivi par la plupart des touristes. Remonter le Mékong vers le nord, jusqu’à Pakbeng. En plus , il y a moins de monde sur les bateaux, et vous profitez des mêmes paysages somptueux qui bordent le Mékong dans toute cette partie du Laos. De Luang Prabang à Pakbeng, il y a 160 km de fleuve. Il en coûte environ 10 $ par personne en bateau lent.

Pour joindre les deux villes, il est en effet possible de prendre deux types de bateaux :
- les “slow boat” – bateau lent: il faut compter 8h de trajet dans le sens courant, 10 h en le remontant, sur un bateau comptant 80 passagers, plus les marchandises. C’est une solution. L’inconvénient c’est que le trajet est très long. Le gros avantage, c’est qu’on avance suffisamment lentement pour apprécier le paysage, profiter des nombreux arrêts dans des petits villages atteignables seulement en bateau.

- les “speed boat” – bateau rapide: un bateau très plat équipé d’un moteur énorme à l’arrière. Les 8 passagers maximum du speed portent obligatoirement le gilet de sauvetage et le casque. L’avantage principal, c’est que le trajet ne dure que 3h. Les inconvénients sont assez rédhibitoires: d’abord les speed boat sont extrêmement bruyants, de plus ils ne permettent pas vraiment de jouir du paysage et surtout, il paraît que ces bateaux rapides ont tendance à rebondir sur les vagues et les morceaux d’arbres et à se retourner comme des crêpes. Ils sont donc peu recommandés en saison des pluies.

Le principal intérêt de se rendre à Pakbeng en bateau, c’est précisément de jouir des paysages superbes qui ponctuent le parcours. Pendant 10h, vous remontez une belle vallée encaissée, entourée d’une dense forêt tropicale à flanc de montagne. Le Mékong, du côté de Pakbeng est un fleuve assez turbulent, parsemé de bancs de sable, de gros rochers et de rapides, d’autant plus vigoureux en saison des pluies, c’est à dire de juillet à octobre.

Tout au long du parcours, le bateau s’arrête dans de petits villages faits de quelques maisons sur pilotis seulement, perdus au milieu de rien, coupés de tout, et pour lesquels le Mékong constitue le seul lien avec la civilisation. Ces villages ne sont en effet atteignables que par bateau et peut-être également par des sentiers dans la forêt.
Le long des berges, le spectacle est permanent : de nombreux buffles, des pêcheurs, des villageois qui se baignent et se lavent dans le fleuve, des chercheurs d’or armés de leurs grandes gamelles d’orpailleurs…

En fin de journée, l’arrivée sur Pakbeng est assez belle. La ville fait beaucoup plus grosse que tous les petits villages croisés depuis 10h. Les maisons sont plus imposantes, en bois peint. Il n’en demeure pas moins que Pakbeng n’est qu’une petite ville de quelques milliers d’habitants située sur les bords du Mékong, dans le Nord Ouest du Laos. Perdue au milieu de nulle part, au coeur d’une forêt luxuriante, ce gros bourg n’est atteignable que de deux façons : par voie fluviable en naviguant sur le Mékong, ou par l’unique route qui part vers l’Est en direction d’Oudom Xay et de la Chine. Le fleuve comme la route aux alentours de Pakbeng offrent des paysages magnifiques.

Pakbeng qui compte que deux rues seulement, dont une très longue, truffée de guest house et de restaurants sur 500 mètres environ et qui se poursuit ensuite sur plusieurs kilomètres dans les terres.

Il n’y a pas de grande chose à voir ou à faire à Pakbeng. C’est une étape obligatoire pour les passagers des bateaux lents. On ne fait qu’y dîner et y dormir.

Le seul point positif de la ville, c’est le cadre et les trajets pour s’y rendre.
A l’autre bout de la ville, se trouve la gare routière de Pakbeng (pour ne pas reprendre le bateau). Du centre ville à la gare routière, comptez à pied, 30 minutes.

A Pakbeng, tout peut se payer en Kips, en USD ou en Baths. C’est une bonne chose car il n’y a aucune banque ou bureau de change. Pas de distributeur de billet non plus. Les taux de change pratiqués à Pakbeng sont bien sûr à la limite de l’arnaque.

Il y a quelques guest house haut de gamme qui sont presque toujours complets. Toutes les autres sont au même tarifs, mais à négocier. Confort rudimentaire pour un tarif de 4$. Lit douteux avec moustiquaire. Salles de bain communes en sous sol éclairées à la bougie, toilettes à la turque dans laquelle on verse de l’eau avec une grande gamelle pour tirer la chasse.

Hôtels

Mekong Riverside Lodge avec la meileure note attribuée par des voyageurs de l’ordre de 13/20 – Un excellent emplacement au bord de la rivière. Les chambres sont de bonne taille avec moustiquaires et un ventilateur. Le petit déjeuner est servi dans le restaurant de l’autre côté de la route qui est moyen.

Attention, aux fréquentes coupures de courant (plus de ventilateur). Apportez avec vous, une torche…

Guest-house

Monsovanh Guesthouse : la meilleure guesthouse de la ville. Un petit restaurant du même propriétaire, avec de la bonne cuisine et de bons prix.

Prix d’une chambre : 100.000 kips

Santisouk Guesthouse : chambres petites mais confortables

Quant aux restaurants, beaucoup dans la rue principale et unique, au choix, à vérifier sur place, la propreté et le service. On peut tomber sur du bon !